• Accueil
  • > Et si les cotisations sociales devenaient enfin un véritable outil de solidarité….

Et si les cotisations sociales devenaient enfin un véritable outil de solidarité….

Le véritable nombre de chômeurs est aujourd’hui impossible à connaître pour pleins de raisons plus ou moins avouables. Le but n’étant pas de polémiquer mais de proposer, voici les réformes utiles suivantes et en lien avec la précédentes :

Aujourd’hui, les démarches d’inscription au pôle emploie sont effectuées par le tout récent chômeur, ce qu’il fait plus ou moins rapidement, voir dans beaucoup de cas pas du tout. Je pense que c’est une erreur. Ce doit être à l’entreprise d’inscrire au plus tard le jour du départ le futur chômeur, et à l’entreprise embauchant un « pôliste » de le désinscrire au plus tard la veille de l’embauche. Ceci permettrait de rendre plus fiable les chiffres. Le pôle emploi ainsi alerté aurait pour mission de faire passer l’information aux autres organismes concernés. Nous aurions ainsi chaque mois un chiffre exact et indiscutable. C’est essentiel pour la suite.

Je disais en préambule page 1, que l’assistanat prenait le dessus sur la solidarité. Il faut inverser le processus

Aujourd’hui, les cotisations sont les mêmes quelque soit les besoins des organismes collecteurs, donc quelque soit le nombre de chômeurs, de malades, de retraités, etc. Ce qui nous intéresse ici et pour le moment, ce sont les cotisations chômage. Je préconise donc une révision mensuelle des taux de cotisation, tout en gardant un plancher, comme suit : Plus il y a besoin de solidarité, plus la part patronale est élevée, ce qui implique bien sûr le contraire, et dans le même temps, plus il y a besoin de solidarité, plus le salarié cotise, ce qui implique la aussi  le contraire. Moins il y a besoin de solidarité, moins les cotisations sont élevées donc plus le net, la paye de fin de mois est élevée.Le transfert des cotisations vers le net et le chiffre d’affaire et inversement serait un excellent moyen d’incitation à la responsabilité de chacun, une sorte de  Solidarité incitative et interactive. 

De fait, le nombre de travailleurs augmentant, les autres organismes collecteurs verraient eux aussi leur nombre de cotisants augmenter et les déficits sérieusement fondre.

On pourrait alors transférer les excédents vers les caisses en difficulté ou des programmes liés à la réinsertion la formation …. Et si c’était pareil pour la maladie, la retraite……

Laisser un commentaire

 

Le Blog-Notes d'Yves Baumul... |
RÉFLEXIONS D'UN CITOYEN |
actualites politiques natio... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Changer Amiens
| Parti de Gauche. Commission...
| siolgnal